Interview de collectionneur - Philippe Héraclès

05.11.2015

Philippe Héraclès, PDG des Éditions du Cherche-midi, nous révèle les secret de sa passion pour le timbre et sa collection.

Interview de collectionneur - Philippe Héraclès

1 -  Comment, pour vous, l’envie de collectionner des timbres est-elle née ? Un événement ou une personne en a-t-il été le déclencheur ?

J’avais 8 ou 9 ans, les libraires-papetiers vendaient des pochettes de timbres. Je les trouvais jolis, avec toutes ces couleurs, ces animaux et ces paysages. Mes parents m’en ont acheté, puis ils m’ont offert un album pour les classer. C’était pour moi comme un voyage, un moyen de découvrir le monde, l’histoire, les pays ; une façon de m’instruire et c’est vite devenu une passion.

2 -  Quel est le thème de votre collection ? Pourquoi avez-vous choisi ce thème ?

Je me suis très vite rendu compte qu’il n’était pas possible de tout collectionner, c’était trop vaste, alors, après l’âge de 10 ans, je me suis concentré sur les timbres de France. J’ai élargi mes centres d’intérêt, me référant au catalogue Yvert et Tellier, j’ai aussi collectionné les pré-oblitérés, les timbres-taxes, la poste aérienne, les fictifs, les timbres de bienfaisance, les Premiers jours, les entiers postaux, les variétés, les essais de timbres, les timbres non émis, les enveloppes avec des cachets rares.

3 - Comment procédez-vous pour acquérir des timbres ?

J’appartiens à un cercle philatélique, mais ma profession me laisse malheureusement peu de temps pour le fréquenter. Je choisis donc mes timbres à partir des catalogues de ventes que je reçois par correspondance, ou des ventes aux enchères.

En 50 ans, je peux dire que j’ai constitué une collection extraordinaire.

4 - Que vous a appris la collection de timbres ?

J’ai découvert de nombreux domaines, vers lesquels je ne me serais peut-être pas tourné naturellement : les sciences, les monuments, les faits importants, les hommes célèbres ( politiques, histoire, etc) ; c’est infini, il y a toujours quelque chose à découvrir.

5 - Collectionner les timbres, c’est aussi aller à des salons, rencontrer des passionnés, participer à des compétitions. Pourriez-vous nous décrire les belles rencontres que la recherche de timbres a provoquées ?

J’aimerais participer à des expositions, mais c’est toujours ce manque de temps. J’espère le faire plus tard. Et à ce moment-là aussi, y faire sans aucun doute de belles rencontres.

6 - Le timbre pour vous, c’est quoi ? quels mots y associez-vous ?

Passion, détente, plaisir de la découverte, curiosité, c’est comme une chasse aux trésors. Je me retrouve comme un enfant qui cherche à compléter sa collection. C’est comme le plaisir que l’on éprouve à se promener dans un vide-grenier et à trouver des objets qui vous intéressent.

7 - Que conseilleriez-vous à un jeune philatéliste ou à un philatéliste qui va démarrer sa collection ?

Je lui conseillerais de se concentrer sur un sujet : un pays, ou une spécialité : les entiers postaux, les non dentelés. Il faut se spécialiser, sinon c’est beaucoup trop vaste.

8 - Voudriez-vous ajouter quelque chose ?

La passion des timbres est sans fin et en même temps abordable, car chacun peut y mettre les moyens financiers et le temps dont il dispose.