C’est pô juste !

Tout droit sortis de l’imaginaire du dessinateur genevois « ZEP » (de son vrai nom Philippe Chappuis), Titeuf et sa houppette ont vu le jour en 1992. Traversant alors une période délicate suite aux refus consécutifs des maisons d’édition, l’auteur se mit à dessiner pour son plaisir un personnage lui évoquant son enfance. Directement inspiré des personnages humoristiques de Matt Groening (Les Simpson, Futurama), « ZEP » retrace dans ses albums, les péripéties quotidiennes d’un jeune écolier un peu naïf.

L’école, le monde des adultes, les filles, le sexe et toutes les interrogations qui vont de paires avec ces sujets, vont confronter Titeuf à des situations plus cocasses les unes que les autres. 

C’est pô juste !

Le SAVIEZ VOUS ?

Le nom de Titeuf a été donné au personnage en raison de sa tête en forme d’œuf : « p'tit œuf »

C’est pô juste !

Toujours entouré de sa fine équipe Manu, Hugo, François ou encore Vomito, Titeuf ne rate jamais l’occasion de dégainer ses fameuses expressions comme «  C’est pô juste » ou « Tcho » et de se livrer à ses fameux concours de pets.

Notre héros n’est jamais non plus à court de subterfuges pour impressionner Nadia. De la tentative de baisers aux poèmes remplis de fautes d’orthographes, ses essais se terminent presque toujours de la même manière : une baffe bien placée ! 

Timbre Titeuf

C’est l’écolier le plus populaire de l’hexagone. Dans ses aventures, Titeuf ne manque jamais l’occasion de se faire remarquer : réflexions mal placées, plaisanterie vulgaire et langage grossiers sont l’apanage du héros.

Tmbre Nadia

Nadia est considérée comme l’amour platonique de Titeuf. Cette dernière reste insensible aux multiples tentatives de drague du héros. Une posture qui évolue au fur et à mesure, laissant à penser que Nadia serait secrètement amoureuse du garçon à la houppette.

« Lâche moi le slip »

De la Bande dessinée au grand écran

Depuis sa découverte au 20ème festival d’Angoulême, le garnement à la mèche blonde de « ZEP » a connu une ascension fulgurante. Et dans quasiment toutes ses adaptations, il a fait office de précurseur. Le premier exemple est son adaptation en dessin animé en 2000 dans la célèbre émission jeunesse « les Minikeums » sur France 3.

Avevc 250 épisodes diffusés en près de 10 ans, Titeuf insuffle une dynamique sur le format TV aux figures de proues de la BD jeunesse comme Cédric, Boule et Bill, le Marsupilami et plus récemment Le Petit Spirou. Un succès télévisé qui le conduira en 2011 à un passage cinématographique en 3D réunissant plus d’1 million de spectateurs ! 

De la Bande dessinée au grand écran

Le rappel du quotidien enfantin est le véritable secret de la popularité de la BD.

Les grands se souviennent des plaisanteries cocasses qu’ils réalisaient étant petits, tandis que les plus jeunes s’identifient à la malice et se posent les mêmes interrogations que notre écolier à la mèche rebelle.

Nourri par les allusions sexuelles, les blagues scatophiles ou les tics de langages, Titeuf a souvent un côté « à la limite » qui n’est jamais désagréable pour le lecteur. Cet aspect vient parachever une œuvre qui aura réussi le pari de faire rire plusieurs générations.

De la Bande dessinée au grand écran

QUIZ !

Quel est le surnom de Valérie la copine de Nadia ?

En passant de 5 000 exemplaires pour le premier album à 1 millions en 2012 pour le 13ème album « à la folie ! », Titeuf est devenu le plus gros tirage de l’édition jeunesse française. Et pour une fois, le personnage de Zep ne pourra pas dire que « c’est pô juste ! ».